Le fist est un art à pratiquer avec doigté : cet article sur le fist et la santé traite de comment le fist peut affecter votre santé.

Le fist et la douleur

Au dela de l’anus, il y a de moins en moins de récepteurs de douleurs.
Il faut donc être très vigilant lors du fist.

Car plus le fist est profond plus vous risquez d’endommager les organes du fisté.
Faites preuve de doigté, de douceur, observez et écoutez les réactions de votre partenaire vous aide à ne lui donner que du plaisir.

Le fist est sur s’il est pratiqué lentement avec une technique du fist adéquate. En outre un bon échauffement avant le fist et du sport toutes les semaines vous aident à canaliser vos énergies, à travailler votre concentration et à évacuer le stress.

La douleur survient quand le fisteur fiste trop rapidement le fisté, quand il est trop brusque ou quand le fisté n’est pas prêt, pas assez détendu ou qu’il n’en a pas envie.

Le fist et l’incontinence anale

Une légende urbaine court, celle qui explique que le fisté peut avoir des problèmes de tonus musculaire.
Les muscles de son anus, détruit ou affaiblit par le fist ne jouerait plus leur rôle.

Il ne pourrait plus se retenir et deviendrait incontinent, sans pouvoir se contrôler et serait obligé de porter des couches.

Nous n’avons jamais rencontré de fisté pour qui c’est le cas, ni lu de témoignages sur le sujet, même parmi les fistés seniors.

Le fist et les saignements

Vérifiez la couleur du gant ou de votre bras quand il sort de l’anus de votre partenaire.
Examinez la couleur du liquide qui sort de l’anus.

Certains fistés constatent des saignements.
Si c’est une petite coupure interne alors la couleur en sera rose pâle.

Le rectum est un organe très fin et fragile, il se déchire facilement, il est donc normal d’avoir de minuscules quantités de sang pendant le fist.

Rien de grave, vous pouvez continuer à jouer doucement ou vous arrêter.

Par contre si le saignement est rouge, si on distingue bien la couleur du sang, la c’est plus grave.
Arrêtez immédiatement le fist, retirez votre poing et allez consulter un médecin.

De même si vous constatez un saignement rouge vif quelques heures après le fist ou la présence de beaucoup de sang dans vos selles, direction votre médecin en urgence.

Racontez lui la vérité pour lui permettre d’établir le bon diagnostic.

En effet si la paroi du gros intestin se déchire, les bactéries qui y vivent vont se répandre dans le sang et vous empoisonner.

D’autres signes doivent vous alerter : si le fisté éprouve de la fièvre, des crampes, des frissons ou s’il se sent faible ou manque de s’évanouir. Autres signes à ne pas négliger, des maux d’estomac ou des nausées, des sueurs froides, la moiteur de votre corps, un abdomen ballonné ou distendu, la sensation que votre tête est légère.

Une douleur aigüe dans l’épaule indique une ou plusieurs potentielles lésions intestinales graves.

Dans tous ces cas, arrêtez vous et consultez, ces signes ne trompent pas, vous êtes blessés, allez aux urgences, on ne joue pas avec le fist et la santé. Un simple scanner confirme la rupture de l’intestin.

Une fois sur le billard, on dissèque le colon et on contourne la rupture pour lui permettre de guérir et on installe un sac de colostomie.

En clair, on dévie le gros intestin, on perce un trou au niveau de votre ventre, cela s’appelle une stomie.
On peut via cette stomie, relier un sac à votre gros intestin : il joue le rôle de votre anus, le temps que la déchirure se répare.

Une fois le sac plein, il faut le vider, nettoyer la stomie avec précaution, remettre le sac, ce qui est pénible et chronophage.
Ceci quotidiennement et pendant plusieurs semaines ou mois selon la gravité de la déchirure.

La stomie est particulièrement sensible, car elle offre un accès direct à votre organisme à toutes les bactéries, tous les microbes et les poussières si vous n’en prenez pas grand soin.

En outre impossible de faire du sport, des câlins et vous devez vous arranger pour que votre sac ne se voit pas trop sous votre tenue vestimentaire. C’est très contraignant.

Enfin, une fois la fissure ou la déchirure réparée, second passage au bloc opératoire, anesthésie, on enlève le sac de stomie, belle plaie au niveau de l’abdomen que vous conserverez en souvenir et on reconnecte le colon. Comptez quelques temps encore ou vous devrez surveiller votre alimentation et ou vous serez privé de fist.

Enfin, sachez que votre intestin aura toujours une petite faiblesse potentielle au niveau de la rupture.
Ca vaut le coup de jouer calmement !

Enfin sachez que l’alcool ou la drogue peuvent diminuer votre sensibilité, aussi nous vous conseillons de fister sans consommer de drogue ou boire d’alcool pour être plus tranquille d’esprit et prendre moins de risques.

Le fist et la masturbation du fisteur

Certains fisteurs, très excités durant l’action, ont une érection.
Quoi de plus normal ?

Pour le fisté il est excitant de savoir qu’il provoque une telle excitation au fisteur.
Mais cette érection est à double tranchant.

Car le fisteur est alors tenté de se masturber, sans même y penser !
Il est nu, en érection, il porte la main à son sexe et se branle.

Sa main ou le gant qui la protège se couvre alors de son liquide séminale.
S’il utilise ensuite cette main pour fister le fisté, il le contamine avec ses maladies potentielles.
S’il a déjà fisté avec cette main, il se contamine avec les maladies potentielles du fisté.

Pour vous protéger et évitez la contamination croisée, portez un sous vêtement quand vous fistez votre partenaire.
Cela empêche le fisté de se masturber dans un moment d’égarement !

Le fist, les MST, les IST, le VIH, les SARM

Commencez par vous protéger avant le fist : faites vous vacciner contre les hépatites A et B. C’est gratuit et ça vous évitera bien des soucis de santé potentiels.

Pour rappel, l’hépatite A se transmet par ingestion d’une chose contaminée par des matières fécales.
L’hépatite B se transmet par des rapports sexuels, par contact avec du sang, du sperme et d’autres liquides organiques, par le partage d’aiguilles.

Soyez attentif à vos pratiques, réfléchissez, lavez-vous les mains et désinfectez les pour lutter contre les hépatites A et B.

Le sang contenu dans les saignements peut contenir et transmettre l’hépatite C ou le VIH.

L’hépatite C se transmet le plus souvent par le sang. Il n’y a pas encore de vaccin. Entre 50 et 80% des personnes contaminées en guérissent si l’infection est détectée rapidement. Le corps ne développe aucun anticorps, on peut être de nouveau contaminé. Faites vous dépister régulièrement, tous les trois mois si vous avez de multiples partenaires sexuels.

Attention, contrairement au VIH, qui est très fragile, le virus de l’hépatite C peut survivre pendant de longues périodes à l’extérieur du corps humain.

Par exemple si vous fistez un partenaire puis que vous touchez une table ou les chaines du sling avec vos gants, ces zones deviennent potentiellement contaminées par le virus de l’hépatite C pendant les 4 prochains jours.
Il faudra les laver et les désinfecter ensuite.

Si vous devez toucher à autre chose, jetez les gants dont vous vous êtes servis pour le fist à la poubelle et enfilez en une nouvelle paire pour continuer le fist. Si vous fistiez à main nu, lavez vos mains et désinfectez les.

En outre, ce virus est très contagieux ! Si votre main ou vos bras comportent une micro blessure, il peut vous contaminer.

Astuce : pour savoir si vous êtes blessés, badigeonnez vos mains et vos bras avec de l’alcool ou de l’eau oxygénée. La ou les zones qui piquent sont celles ou vous êtes blessés.

Pensez à utiliser des gants en latex pour le fist ainsi qu’un lubrifiant adapté pour le fist quand vous jouez pour éviter tout accident fâcheux !

Quand aux excréments, ils peuvent transmettre l’hépatite A, une maladie du foie et des shigelles, responsables d’infections intestinales appelées shigelloses.

Eloignez systématiquement les excréments de la bouche, des yeux et des plaies pour éviter toute contamination.

Autre virus que vous pouvez contracter lors d’un fist, le SARM (Staphylococcus Anreus résistant à la méthicilline).

Un virus qui dévore la peau et se propage quand deux peaux entre en contact, au sport, au lit ou si on touche un objet infecté.

Une infection cutanée au SARM se caractérise par la rougeur, la chaleur, l’enflure et la sensibilité de la peau, rien d’alarmant au premier abord.
On note aussi le développement de furoncles, d’ampoules, de pustules ou d’abcès. L’infection peut causer de la fièvre et ou des frissons.

Il faut consulter rapidement son médecin, il vous prescrira le traitement adapté. Suivez le jusqu’au bout, ces staphylocoques ont la fâcheuse tendance à devenir résistant aux antibiotiques.

Pour vous protéger du SARM, ayez une hygiène irréprochable.
Lavez-vous les mains au savon et à l’eau, utilisez des gants et des capotes, lavez-vous immédiatement après le fist, désinfectez votre matériel et les surfaces sur lesquelles vous avez joué.

Enfin la syphillis, la gonorrhée ou d’autres infections bactériennes se propagent par contact cutanée entre la main et l’anus.

En résumé quand vous fistez quelqu’un, touchez exclusivement à son anus et à son pot de lubrifiant pour le fist.

Restez à l’écart de excréments. Mettez des gants. Ne partagez jamais le pot de lubrifiant d’un autre fisté. Marquez le nom du fisté sur les flancs du pot.

Le fist et le lubrifiant

La règle à respecter est simple : pour éviter de contaminer le lubrifiant, un pot de graisse pour le fist, un tube ou une bombe de lubrifiant pour le fist ne doit servir qu’à un seul fisté.

Ne le partagez jamais et pour plus de sureté, collez une étiquette avec le nom de son propriétaire dessus.

Si vous voulez absolument utilisez le même lubrifiant pour tous les fistés, tournez vous vers un lubrifiant à pompe et pressez la pompe avec votre main “propre” qui ne sert pas pour le fist. Il y aura toujours un risque de contamination, mais il sera moindre.

Toutes ces précautions paraissent de trop, mais il vaut mieux en faire trop que pas assez pour éviter tout risque de contamination entre les personnes fistées. On ne badine pas avec le fist et la santé.

Le fist et les gants

Pourquoi porter des gants lors du fist ? Pour protéger l’actif et le passif des microbes, des IST/MST et des virus, mais aussi des ongles mal taillés !

Donc commencez par installer le fisté dans son sling, disposez le rouleau de papier absorbant, le matériel pour fister, les journaux au sol, réglez les chaines du sling puis finalement, lavez-vous et désinfectez-vous les mains et enfilez vos gants.

A partir de ce moment la, plus question de toucher autre chose que l’anus du fisté et la graisse à fist pour éviter toute contamination.

Si un gant tombe au sol, est contaminé par un autre contact en touchant les chaines par exemple, changez le immédiatement et enfilez un gant propre.

Entre chaque partenaire, changez de gants et lavez vous les mains et les bras avec du savon désinfectant.

Si vous fistez à main nu, lavez vous les mains et les bras avec du savon désinfectant après la première personne que vous avez fisté.

Puis enfilez des gants.

Evitez les lubrifiants à base d’huile comme la graisse végétale Crisco pour le fist car ils dégradent le latex des gants et le rendent perméable.

Si vous tenez à utiliser du Crisco, tournez vous vers des gants en nitrile (PVC) et si vous faites l’amour vers des préservatifs en polyuréthane.

Enfin les gants pré poudrés peuvent potentiellement irriter l’anus : prenez plutôt des gants sans poudre.

Le fist et la sodomie

Vous pouvez être tenté de faire l’amour et de fister votre partenaire.
Sachant que le fist provoque presque systématiquement de petits saignements dues aux abrasions internes lors du passage du poing, commencez par faire l’amour, puis fistez le, non l’inverse, cela réduira les risques.

Pour éviter que la capote en latex ne craque, utilisez systématiquement des lubrifiants pour le fist et la sodomie à base d’eau.

Protégez-vous en portant systématiquement une capote et des gants en latex.
N’utilisez pas les lubrifiants comme le Crisco qui rendent le latex poreux et annule sa protection ou le font craquer.

Tournez vous plutôt vers le Mixgliss Max, le Lubrifist ou le Boy Butter H2O qui sont compatibles avec les capotes et le fist.

Avez-vous d’autres remarques sur le fist et la santé ?
Des points que vous aimeriez voir traiter, des questions ?

Les commentaires sont ouverts pour échanger sur le fist et la santé !

2 Replies to “Le fist et la santé”

  1. Salut !
    Tout d’abord merci pour toutes ces bons conseils qui nous on bien aider!
    Concernant l’alim Tu conseille de prendre des fibres , as tu une marque de préférence ? Je ne trouve que des compléments figue et fibre
    Merci pour ta réponse

    1. Salut !
      Heureux d’avoir pu vous aider sur le fist et la santé !
      Je ne parle pas d’alimentation dans cet article mais pour les fibres, je suis passé au 100% naturel.
      Selon ton régime alimentaire, tu peux trouver des fibres dans les fruits et légumes que tu manges.
      Si tu n’en manges pas une quantité suffisante, un apport de fibre supplémentaire est malin.
      Je te conseille des graines de chia, ça se saupoudre sur ta nourriture, tes desserts et c’est facile d’emploi. C’est extrêmement riche en fibres.
      Tu peux aussi te tourner vers le chocolat noir, les amandes, les noix, noisettes, les légumineux, les aliments fabriqués avec de la farine complète (pain, pâtes, riz ..).
      En plus d’être riches en fibres, ils sont très bons pour la santé et te permettent d’être en pleine forme pour le fist.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.